Site Overlay

Soutien-gorge ou pas ?

Les seins sont une partie du corps et de la féminité d’une femme, et à ce titre, ils jouent un rôle important durant leur vie. Alors doivent-ils être enfermés ou libres ?

Avec plus de 54 700 000 résultats sur google, ce sujet mérite bien quelques lignes sur notre blog.

Mais d’où vient cet accessoire féminin !

Le soutien-gorge tel que nous le connaissons actuellement n’existe pas depuis si longtemps !

Il est apparu à la fin du 19ème siècle, et a rencontré un succès mondial qu’au début du 20ème siècle.

Il a eu 100 ans en 2014 !

Pourtant, même s’il n’existait pas durant l’antiquité, notamment au 5ème siècle avant notre ère, les femmes utilisaient des brassières, ou mastodeton. A cette époque, il fallait, pour cacher leurs formes, gommer les hanches et la poitrine.

Alors qu’à la même époque, en Égypte ancienne, les femmes vivaient seins nus ou en robe.

C’est au Moyen-Age que les femmes commencent à porter des corsets lacés dans le dos pour un effet plongeant, laissant déborder les seins et les tétons. Puis en 1370, il est interdit de se soutenir la poitrine, du coup, les femmes ne portent plus rien.

Très vite, les femmes vont braver l’interdit et le corset revient en force, il redevient le symbole de la féminité. Et durant plus de 500 ans, adieu la respiration et tant pis pour la compression de la cage thoracique et la réduction de l’estomac.

Il faudra attendre 1889 et Hermine Cadolle qui va revisiter le corset le rendant plus agréable. Ce corset se nomme : le « Bien-Etre », un corset à la Française en deux parties.

Mais c’est en 1904, et l’invention de Mary Phelps Jacob qui coud deux triangles de tissus, et ajoute des moyens pour les relier. Le soutien-gorge à bonnets est né.

Il sera en 1970, le symbole de la révolution féministe et ces dames brûleront des montagnes de soutien-gorge sur la place publique pour symboliser leur liberté sexuelle.

Vous connaissez la suite, la mode et le marketing vont s’emparer du sujet et les formes et matières vont évoluer très vite.

Mais au fait, le soutien-gorge sert à quoi ?

La question est complexe, le soutien-gorge est-il un simple accessoire féminin qui cache des formes naissantes à l’adolescence, un objet de séduction et sensualité durant la vie amoureuse d’une femme ou encore un dessous utile ou pas pour la santé ?

Sûrement un usage dicté par une société qui mélange éducation, marketing, préjugé, envie de liberté et santé !

Question santé ?

Le Docteur Jean-Denis Rouillon, médecin du sport à Besançon a mené une étude durant 15 ans. Il a montré que sans soutien-gorge : la poitrine se raffermit, a meilleur aspect, les mamelons remontent d’en moyenne 7mm par an, l’angle des mamelons se redresse vers l’horizon, et les vergetures s’estompent.

Et d’en conclure que quelque soit le taille des seins, ne pas porter de soutien-gorge ne favorise pas la ptôse mammaire, c’est-à-dire la chute des seins, bien au contraire. En effet, un soutien-gorge porté chaque jour, rend les ligaments de Cooper « paresseux » favorisant le relâchement et la perte du rôle naturel et essentiel de soutien.

De plus, le fait de porter chaque jour un soutien-gorge entrave la circulation normale de la lymphe et du sang dans la poitrine, ce qui s’avère être clairement à l’origine de kystes douloureux, de réactions cutanées.

Alors peut être une question de confort ?

En discutant de soutif avec de très nombreuses femmes, elles ne semblent vraiment pas convaincues et elles ont majoritairement tendance à dire « ne pas trouver cela confortable du tout ! »

Donc une question de pudeur ?

« Et, si quelqu’un remarque que je ne portais rien, qu’il voyait mes tétons », là est la question ? Sachant qu’il n’existe dans aucun pays au monde une loi qui oblige de porter des sous-vêtements. Toutefois, il est interdit de ne rien porter du tout, cette fois pour une question de décence !

Eh bien, peut être alors une question de liberté ?

La liberté de choisir avec ou sans, de se sentir bien, confortable, bien dans sa tête et dans son corps ?

Alors oui c’est bien la question : à vous de choisir, sans contraintes pour vivre en liberté.

Cet article n’est certainement pas exhaustif, alors faites votre propre expérience en toute liberté.

 

Partagez sans modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *