Site Overlay

L’obsession d’un corps parfait, pour qui ? pourquoi ?

homme sport rêve

Le corps au cœur des tendances mondiales

Notre société mondialisée et connectée nous impose ses modes et ses tendances. Et l’obsession d’un corps parfait en fait partie. Elle s’incarne notamment dans les alertes sur les risques d’obésité dans l’ensemble du monde occidental (1 Français sur 2 de plus de 30 ans serait touché par le surpoids selon l’Inserm). Elle se traduit également par le développement des pratiques sportives : jogging, salles de fitness. A l’heure du travail sédentaire, nous n’avons jamais autant bougé !

Un autre phénomène rend cette obsession active : La prolifération incroyable des objets connectés ! Avant, seuls nos médecins surveillaient nos données physiologiques. Aujourd’hui, nous les mesurons nous-mêmes : le pouls, le poids, la durée du sommeil, la fréquence cardiaque, le taux de masse grasse, les pas et autres efforts que nous faisons…

C’est la mode du « quantified self  » ou du « self tracking » ! Et nous l’amplifions en gardant l’œil en permanence sur notre smartphone pour voir les données évoluer en temps réel…

Une réelle addiction  !

Se mesurer en permanence, se comparer aux autres, se donner des objectifs de performance, des défis entre amis….  tout ceci stimule une curieuse addiction à la fois à la consultation du smartphone et bien sûr aux exercices pour le corps.

Mais cela nous aide-t-il vraiment à prendre soin de nous ? Surveiller un thermomètre ne fait pas baisser la température…  Et le faisons nous pour de bonnes raisons ? Est ce pour relever le défi du plus grand nombre de pas entre amis que je fais du sport … ou tout simplement pour prendre soin de moi et de mon corps.

Car faire du sport pour rester en forme ou s’alimenter sainement sont évidemment de bonnes idées. Mais développer une obsession du culte du corps conduit rapidement à des opérations qui ne sont pas nécessaires à votre santé, comme souvent lorsque l’on a recours à la chirurgie esthétique…

montre connectee sport

Utiliser les données de santé

Bien sûr, parmi les applications, certaines contribuent vraiment à la prévention en permettant de surveiller par exemple la tension artérielle, le rythme cardiaque, le niveau d’activité physique, la glycémie…

Et dans le domaine de la santé au travail, cela permet, notamment, de mieux évaluer les expositions professionnelles, dans le cadre de la surveillance des expositions aux facteurs de pénibilité.

Au delà du diktat, le faire pour soi.

Notre société valorise le bonheur ostentatoire au point d’imposer un diktat du bien-être qui nous fait souvent perdre de vue la réelle finalité de tout cela.

Si nous prenons soin de notre corps, si nous surveillons nos données de santé, si nous mesurons nos progrès dans les efforts que nous entreprenons, ce n’est pas pour se conformer à une mode sociale, ni pour se comparer aux autres dans une vaine compétition, dans une course au bonheur apparent.

C’est d’abord pour notre bien- être réel, pour se sentir mieux avec son corps et dans une vie sereine et apaisée…

Partagez sans modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *